Qui es-tu ?


Je suis Nico Yllera, cofondateur de RRROAD, un projet qui a bouleversé ma vie en 2020 et qui veut changer notre façon de consommer la mode comme s'il n'y avait pas de lendemain. Un entrepreneur qui n'a jamais pensé de l'être un et un activiste discret qui préfère désarmer avec des données plutôt que de crier.

 

 

Comment tu définirais-toi en deux phrases ?


Une personne qui aime trop la vie et qui a du mal à choisir entre tant d'options passionnantes qu'elle nous propose. Une personne qui est totalement heureux à la campagne avec son chien et un sandwich, mais qui aime aussi être dans le caos de la ville. 

 

Comment s'est déroulée ta carrière professionnelle ?


Comme la moitié des étudiants universitaires en Espagne, j'ai étudié le droit, mais je ne l'ai jamais pratiqué dans ma vie. Ce qui m'a vraiment attiré, ce sont les médias, la communication et l'industrie de la mode. J'ai vécu près de 4 ans dans des pays en développement (principalement en Afrique comme le Nigeria, la Côte d'Ivoire ou Madagascar) et cela a complètement changé ma perception du monde. J'avais une vie incroyablement confortable, mais de l'autre côté des vitres teintées de ma voiture, je voyais comment les paradis terrestres étaient dégradés au-delà de toute réparation à cause d'un système qui avait échoué à la base. J'ai essayé de le chasser de mon esprit pendant un certain temps pour rester productif, je suis retourné en Europe où j'étais très heureux en travaillant à Condé Nast Espagne et Monocle à Londres, mais tout revient. Et j'ai décidé de quitter mon poste de directeur publicitaire à Londres pour rentrer sur Madrid et proposer une solution réelle, efficace et évolutive à la crise climatique que nous vivons. Avec mon partenaire Pepe Otaola et à travers la mode, évidemment. Parce que c'est mon industrie préférée et celle que je connais le mieux, et parce que c'est la deuxième industrie la plus polluante au monde.

Comment est né le magasin RRROAD ?

Comme une évolution naturelle de milliers de conversations, de sentiments et d'états vitaux de deux personnes qui, à un moment donné, convergent et voient clair. Pepe Otaola et moi avons lancé RRROAD dans un sous-sol loué à Madrid fin 2019 avec l'idée de démontrer que les choses peuvent être faites différemment. Qu'il existe une solution au chaos des déchets textiles, des achats compulsifs et des campagnes de marketing qui nous font croire que tout ce que nous achetons, mangeons et touchons est "durable". En fait, je déteste déjà ce mot, les marques devraient payer pour chaque fois qu'elles l'utilisent dans leurs campagnes.
Nous avons voulu partir de zéro en étant circulaires et en apportant plus que des mots à la lutte contre le changement climatique.

 

Quels ont été les plus grands obstacles que tu as rencontrés jusqu'à présent ?


Je ne savais pas que l'entreprenariat était un tel défi, honnêtement. On manque de mains, de bras, d'heures et de jours pour faire tout ce que l'on a en tête. Nous avons dû nous battre contre de nombreux obstacles, mais le plus difficile est probablement de rivaliser avec les machines de communication géantes et bien huilées des grands groupes de mode mondiaux. Ils sont les meilleurs pour raconter des histoires belles et ambiguës et c'est difficile à attaquer. Il est également choquant de constater à quel point il est difficile d'expliquer notre projet aux professionnels du secteur et de les amener à changer leur mentalité et à adhérer à notre vision. L'industrie textile est très conservatrice, très consanguine, et vous pouvez le constater lorsque vous présentez une marque comme RRROAD et que vous réalisez que nous ne pouvons pas travailler avec la grande majorité des fournisseurs parce qu'ils ne répondent pas aux exigences que nous demandons.

 

Ton point préféré du manifeste RRROAD ?


#ARRÊTEZ DE MENTIR. Si je dois en garder une, c'est celle d'arrêter de tout inventer et d'accepter où nous sommes. Sans honnêteté, nous ne changerons pas. Sans transparence, la transformation n'a aucun sens, car nous ne saurons pas si elle est vraiment efficace. C'est pourquoi j'aime quand quelqu'un parle franchement de l'endroit où il se trouve et de celui où il veut arriver, en sachant que la route est difficile mais qu'il prend des mesures pour y arriver.

 

Quelle phrase pourrais-tu utiliser pour nous faire prendre conscience de l'importance de la circularité ?


Entre 2000 et 2015, la production mondiale de mode a doublé. Et dans la même période, notre utilisation moyenne d'un vêtement a diminué de moitié. Nous consommons deux fois plus et portons deux fois moins de vêtements. La terre n'est pas prête à supporter une telle quantité de déchets toxiques. Soit nous produisons moins, utilisons davantage ce que nous avons déjà et créons de la valeur à partir des déchets (principes de base de l'économie circulaire), soit nous devons nous préparer à vivre dans une décharge.

 

Tes trois endroits préférés à Madrid ?


Mon plan de week-end préféré est de prendre un apéritif sur la terrasse de MamaCampo à Olavide (ils ont les meilleurs fournisseurs de nourriture biologique et locale et j'adore ces deux endroits), d'aller dans quelques galeries (El Chico, dans Ronda de Toledo 16, est un must, il y a toujours quelque chose d'intéressant) et de finir par prendre mon cocktail de Mezcal préféré au Club Matador avec des amis.

Quels sont les trois produits qui ne manquent jamais dans ta trousse de toilette lorsque tu pars en voyage ?


Une crème hydratante avec une protection solaire, quelque chose pour se débarrasser d'un mauvais visage (généralement une crème ou un sérum pour les yeux) et mon Acqua de Parma, que j'ai dans toutes les tailles pour m'adapter à la durée du voyage.

 

Ton premier geste de selfcare chaque matin ?


Dès que je me lève, je m'étire très fort parce que je me réveille courbé et à partir de là, je commence à être une personne. Je passe directement à la douche, puis je me lave le visage et l'exfolie tous les deux jours pour me sentir fraîche (surtout si je suis sortie la veille !).

 

Ton expérience QUINQUE en trois mots : fraîcheur, naturalité et honnêteté.