Aujourd’hui on retrouve Chantal Soutarson pour un café virtuel. 

Si la situation le permettait on serait plutôt au Champeaux aux Halles, un de ses cafés préférés à Paris. Elle adore cet endroit cosy où on peut bosser, prendre un café aller et manger entre amis.

Profession : Journaliste beauté.

Ville : Banlieue Parisienne

Pour ceux qui ne connaissent pas Chantal, c’est la créatrice du premier podcast Beauté en France : BeautyToaster.  Chez QUINQUE, ce podcast est une religion. Nous l’écoutons tous les mercredis matin. 

Chantal nous a aidé à arriver là où on est aujourd’hui. Cet interview nous fait donc super plaisir.

Mercedes : Chantal, est-ce que c’est la première fois que tu te trouves de l’autre côté ?

Chantal : Non, pas du tout - Elle nous le dit en riant - ça n’arrive pas souvent, mais ce n’est pas la première fois.

M : Peux-tu nous parler de ta profession ? On la trouve passionnante.

C : Je suis journaliste beauté depuis 25 ans.

M : Alors tu connais tout de l’industrie de la beauté !

C : Pas du tout, j’en apprends tous les jours. Je découvre des petites marques de créateurs. Il y a quelques années elles n’existaient pas. Il n´y avait seulement que les grands groupes sur le marché. Avec ces créateurs, j’apprends leurs différentes façons de fonctionner et de s’installer sur le marché.

M : Peux-tu nous dire comment est né Beauty Toaster ?

C : C’était à l’automne 2015. A la base c’était un blog que je faisais en parallèle de mon boulot dans la presse.  La façon de communiquer était en train de changer et je me demandais si j’avais envie de continuer à travailler comme ça. A partir de 2016, j’ai passé quelques mois à faire de la pige (à travailler en indépendant pour plusieurs magazines). Fin 2017, je propose à un magazine un sujet sur les indie brands, mais la chef du service beauté le juge sans intérêt.

Un jour, en cherchant des infos sur une marque américaine qui à l’époque cartonnait, j’ai trouvé leur compte Instagram avec un post disant : “Écoutez l’interview de notre fondatrice sur le podcast Breaking Beauty”. Et là, tout s’est éclairé, c’était ça que j’allais faire. Donner la parole à ces créateurs de marques qui “venaient de nulle part” et qu’on ne voyait nulle part.

M : Tu as été vraiment une pionnière !

C : Oui, j’ai fait un petit benchmark et je n’ai pas trouvé de podcast beauté en français. En deux mois j’ai créé le truc. Je n’ai jamais été aussi rapide pour faire quelque chose. Surtout qu’à ce moment-là je n’y connaissais rien. J’ai tapé sur Google “comment faire un podcast”. J’ai trouvé le matos qu’il fallait utiliser et puis Beauty Toaster est né !

M : Comment as-tu trouvé tes premiers invités ?

C : Je les ai trouvés grâce à mon carnet et aux réseaux sociaux. En général, ce sont les créateurs qui gèrent leurs réseaux sociaux quand ils démarrent et ça m’a beaucoup facilité les choses. Si tu veux contacter un PDG d’une grosse boite c’est impossible, mais un jeune créateur, il suffit de le contacter sur son compte Instagram et il est souvent prêt à échanger avec toi.

M : Tu n’as pas eu peur de t’investir dans quelque chose que tu ne connaissais pas (les podcasts) ?

C : Non, je ne pouvais pas. Je n’osais pas me dire “tu ne vas pas pouvoir le faire”. J’ai rarement vécu ça dans ma vie, c’était un alignement de planètes incroyable ! Il fallait que je le fasse et je l’ai fait.

M : Je trouve que les podcasts sont géniaux surtout pour les personnes qui n’ont pas trop le temps ! Est-ce que le confinement a eu un impact pour ton audience ?

C : Oui, un impact très positif. Je ne m’y attendais pas parce qu’en général, les gens écoutent des podcasts quand ils vont travailler, dans les transports en commun, etc. Mais j’ai eu une belle surprise en découvrant que finalement ils les écoutaient aussi à la maison ! 

M : Après tout ce travail et ces efforts, quelle est ta philosophie de vie ?

C : Ne rien lâcher et se faire confiance.         

On arrive à notre partie préférée de l’interview…              

 

M : Dans ta salle de bain, quels sont tes essentiels beauté ? 

C : Beaucoup de produits même si je deviens de plus en plus minimaliste. Je ne cherche pas de crèmes hyper sophistiquées. J’ai beaucoup d’huiles pour le visage et le corps. J’essaye de simplifier au maximum.

M : Et si tu devais choisir seulement trois produits ?

C : Il y en seulement deux produits dont je ne peux pas me passer : un contour des yeux et un soin visage. Le contour des yeux c’est un produit que j’utilise depuis 20 ans. D’ailleurs je n’ai pas de pattes d’oie !! – je vous confirme que c’est vrai, elle n’en a pas –

M : Ce n’est pas un produit très populaire le contour des yeux ! Tu as eu donc l’opportunité de tester celui de QUINQUE non ?

C : Oui, et il est vraiment bien. Sa texture, son parfum léger et fugace … il est mon préféré parmi les trois produits. Mais j’ai aussi adoré la crème de jour.

M : Merci beaucoup ! Ça fait plaisir. Enfin, notre dernière question pour terminer l’interview, si tu devais décrire l’expérience QUINQUE avec trois mots ?

C : Rapide, simple et holistique. Les textures sont super sympa à utiliser.

Merci de tout cœur Chantal pour ton soutien, ton temps et pour partager ces moments avec QUINQUE.

 

A très bientôt !